Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Berbèrophile

Depuis la nuit des temps, trouver sa moitié pour l’« Homme » est une préoccupation majeure, dirais-je même une quête permanente, qu’il lui sera difficile d’abandonner tant que ce besoin ne sera pas comblé. Malgré ce que peuvent nous faire croire les célibataires les plus endurcis, notamment à travers leur épanouissement personnel dans le fait de soulever des mères/des pères tous les weekends, je ne suis pas certain que l’humain soit génétiquement conçu pour vivre seul tout au long de sa vie. Sans doute une partie mais nullement en totalité.

Toi prenant un verre avec ton date : « Et si je peux me permettre, que fais-tu dans la vie hihi ? »

Ton date : « Ecoute c’est simple, je suis un passionné de spéléologie… Je passe la plus part de mon temps à explorer des grottes sombres et humides, si tu vois ce que je veux dire…»

Rageux s’abstenir

J’ai l’intime conviction qu’il nous ait tous arrivé au moins une fois, lors de nos multiples balades solitaires sur la capitale (ou ailleurs), de croiser la route de biens jolis couples arpentant amoureusement, main dans la main, les plus belles rues du coin (ça rime).

Avouons que, tel un sentiment inexplicable, il nous ait difficile de ne pas détourner le regard sur ces couples qui prennent un malin plaisir à se mâchouiller la langue sur un banc public (« C'est pour toi mon beau Brassens »), n’ayant que faire de l’opinion publique (encore une rime chiadée). Lorsque vous êtes confrontés à pareille situation, j’imagine que vous vous dîtes probablement ceci :

« Ah ces foutus prêcheurs de l’Amour sont-ils vraiment obligés de se nettoyer les amygdales devant la terre entière ? Ils dégoûtent… »

Puis après mûre réflexion…

« Bon Ok, il est vrai qu’ils sont mignons quand même ces ordures ! »

Je ne vous apprends rien, assister à de tels moments de complicité nous renvoient bien souvent à notre contexte personnel qui est le célibat. Ce n’est pas nouveau, l’Homme (« mais pourquoi tu ne dis jamais la femme avec un grand « F », immonde misogyne ?! ») désire toujours ce qu’il n’a pas en sa possession, et néglige trop souvent ce qu’il détient pour acquis.

C’est un fait, les couples qui clament haut et fort leur amour éternel sur tous les toits, se révèlent parfois agaçants, à la limite du supportable, mais sont tout de même porteurs d’espoir. Plutôt que de souffrir d’un ulcère des plus tenaces, causé par une jalousie aiguë, pourquoi ne pas tout simplement se dire que notre tour pourrait bien arriver tôt ou tard ?

« Tu sais, vaut mieux voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vi… »

« Ehhhhhh ta g***** s’te plait ! »

Les rencontres c’est comme un grec-frites, sa qualité dépend de la mayonnaise...

Un grand sage a dit un jour en musique « Mais c'est pas pour autant qu'il faut, qu'on s'attache et qu'on s'empoisonne, avec une flèche qui nous illusionne Oohh nooon !»

Avant-gardiste notre bon vieux Christophe Mae ? Ou simple constat de cette dernière décennie sociétale ?

Le phénomène mondial UBER n’a pas seulement changé les règles au sein des moyens de transports qui s’offraient à nous jadis, celui-ci a clairement bousculé notre manière de vivre.

Il est désormais venu le temps de l’ubérisation planétaire, le temps où le fait de s’ennuyer n’est plus permis. Il faut que notre vie aille à cent à l’heure pour jouir d’une vie sociale des plus excitantes, pour que celle-ci soit enviée et consentie par le plus grand nombre.

Il en va de même pour les rencontres et les relations amoureuses contemporaines. Faire connaissance est devenu une véritable perte de temps, dont le jeu de séduction étant bien trop lassant.

« Faut-il vraiment que je lui paie toutes ces pintes pour qu’elle finisse chez moi ce soir la bougresse ? »

La beauté, le physique sont désormais le premier critère pour entamer une interaction avec une autre personne. Quid du mec intéressant, drôle mais qui n’a pas vraiment toutes ses chances face à son sublime rival rugbyman dont le T-shirt XXL semble avoir rétréci au lavage, flattant son corps de divinité grecque bourrée aux stéroïdes.

Tinder surprise

Ah cette bonne vielle application où tu choisis ton partenaire du soir sur un glissement de doigt... (aucun jeu de mot prévu à cet effet mais en vrai pourquoi pas). Adieu spontanéité d’une rencontre hasardeuse dans un bar miteux où ton meilleur ami aurait insisté pour t’y emmener boire un coup. Place dorénavant au coup de cœur numérique, issue d’une ou plusieurs photos absolument non retouchées par la multitude de filtres proposés par ladite application. Une fois la sélection des prétendants faite, on se donne rendez-vous dans un lieu choisi par l’invitant sans même avoir pris la peine d’échanger le moindre mot, puis vient le jour de la rencontre :

Toi : « Ça va toi ? Tu es plus belle que j’imaginais hihi »

Crush : « Euhh OK…Merci…On va chez toi ou chez moi ? »

Toi : « Puis-je venir en toi tout simplement ? »

 

Voilà un romantisme qui me donnerait presque envie de chialer d’émotions!

Ne soyons pas non plus trop durs avec ce type de rencontres, car il est évident qu'un tas de personnes ont rencontré leur âme sœur avec ce type d’application facilitatrices, notamment pour les personnes qui souffrent de timidité extrême. Tous les moyens sont permis pour arriver à ses fins amoureuses, et fort heureusement.

Faire confiance à sa destinée

Beaucoup d’entre nous s’inquiète de ne pas trouver chaussure à son pied (imaginez la difficulté quand on a de grands panards), surtout quand la période de célibat perdure depuis des mois, voire des années. Cette inquiétude se renforce indéniablement avec l'accumulation des rencontres dont ces dernières ne donnent aucun résultat concret. Un sentiment d’impopularité et de rejet se développe naturellement dans notre subconscient, renforçant une certaine résignation qui était déjà bien palpable.

Essuyant échec après échec, nous nous engouffrons logiquement dans une spirale négative qui nous entraine plus bas que terre, impactant quotidiennement notre moral. Notre entourage s’inquiète, et tente par tous les moyens de forcer des rencontres pour lesquelles nous n’éprouvons bien souvent aucun intérêt (« Ohhh à quoi bon, les rencontres forcées ne fonctionnent jamais… ».

Ta mère: "Chéri, es-tu disponible ce soir? On a invité les voisins à dîner...et leur fille sera parmi nous...eheh" (suivi d'un clin d'oeil gênant)

 

Puis c’est un soir d’hiver, froid et lugubre, quand tout espoir semble perdu, que votre sonnette retentit, troublant votre tranquillité quotidienne. Songeur et intrigué, vous vous dirigez en direction de votre porte, prêt à envoyer bouler ce maudit trouble-fête. Vous ouvrez la porte, et tout d'un coup le monde s'arrête en un claquement de doigt. La plus belle des femmes, au sourire ravageur, se tient juste devant vous et vous lâche timidement ces quelques mots qui vous hypnotisent :

« Bonsoir, je suis votre voisine du dessous, un colis à votre nom a été déposé sur mon pallier…  Je me suis donc permis de venir vous le déposer en main propre...»

Love, love & Love

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article