Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Berbèrophile

"Detroit" un film de Kathryn Bigelow

"Detroit" un film de Kathryn Bigelow

Synopsis:

La ville de Detroit, aux Etat-Unis, connait sa pire vague de violence inter-raciale lors de l'été 1967. En pleine ségrégation, le peuple noir afro-américain souffre du manque de travail, vivant dans des conditions précaires et surtout confronté à une véritable répression ethnique faite par la police  locale majoritairement blanche.

Pourquoi perdre son temps à voir ce film?

Parce que...

La réalisatrice est Kathryn Bigelow bordel! (Point Break 1991, Démineurs 2008, Zero Dark Thirty 2012...)

Will Poutler (Le labyrinthe 2018) est absolument bluffant dans ce rôle. Tout d'abord par son jeu d'acteur absolument incroyable mais surtout par son faciès d'enfant de Caporal Nazi, accentuant sa férocité scandinave!

John Boyega (Impérial Dreams 2014, Star Wars 2015-2017) marche clairement sur les traces du légendaire Denzel Whashington. Un charisme absolument indécent pour un gamin de 26 balais!

Désormais, Hannah Murray (Game of Thrones) ne sera plus cantonnée au simple rôle de femme fragile de Samwell Tarly (John Bradley-West), mi-moine, mi-combattant, pénalisé par une vilaine tonsure médiévale.

Anthony Mackie aka "Papa Doc" (8 miles 2002) n'aura jamais obtenu un foutu rôle principal dans un long métrage... Fort dommage!

 

Impressions:

Difficile de s'imaginer que cette époque ségrégative ait pu exister et surtout que ces événements ne sont finalement pas si lointains sur la frise chronologique. Le film est doté d'un réalisme d'une froideur à s'en geler les roustons, mais surtout d'une intensité survitaminée.

A savoir que vous n'apprendrez rien de plus concernant la situation des Afro-Américains sur le sol du pays "Des droits de l'Homme", hormis le fait que les relations entre les autorités publiques et le peuple noir d'Amérique, n’évolueront probablement jamais dans le bon sens... Heureusement que D.Trump a été élu président pour changer la donne ;)

C'est à ce titre de comparaison, que tu lèves les yeux au ciel et que tu te dis "Merci Papa d'avoir ramoner Maman sur ce bon vieux sol hexagonal, après un verre de Scotch Écossais!"

C'est également grâce à ce type de conneries humaines, que le "Gospel" prend tout son sens. 

 

Les + 

  • Un réalisme froid et une ambiance infernale
  • Le jeu d'acteur des comédiens de ce film, fait passer les professeurs de théâtre pour de véritables manches à boules
  • Filmé par un cameraman qui semble s'en être mis plein les nasaux (un dynamisme épileptique)   
  • Aucun jeu d'acteur n'est à déplorer, bien au contraire

 

Les -

  • On pourrait croire que 99% des blancs de la ville de Detroit furent de grands connards suprématistes 
  • Peu d'historique sur les personnages

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article